Cabinet
  Médical
Dr. Pellat

   

Chirurgie de la cataracte, des glaucomes et du strabisme

La cataracte

 

Définition

 
Opacification du cristallin (lentille située au centre de l’œil) avec l’âge.
 
 

Diagnostique

 
Baisse de l’acuité visuelle (et de la sensibilité aux contrastes).
 
 

Quand faut-il opérer ?

 
Lorsque la baisse de l’acuité visuelle est suffisamment importante pour procurer une gêne dans la vie de tous les jours.
Notons que c’est l’acuité visuelle en vision de loin qui est atteinte (l’acuité visuelle vision de près étant longtemps conservée).
 
 

En quoi consiste l’opération de la cataracte ?

 
A rendre la transparence au cristallin opacifié.
Le cristallin n’est pas retiré en totalité mais vidé (son enveloppe (la capsule) est laissée en place).
Un cristallin artificiel (implant) est inséré dans le sac, de façon à restituer la puissance du cristallin initial.
La puissance de cet implant est calculée de façon à ce que le patient puisse voir soit de loin sans lunettes, soit de près, soit à mi-distance.
Il existe des implants progressifs.
 
 

Technique utilisée

 
Une seule technique dans le monde : la phakoémulsification (utilisant les ultrasons pour casser le noyau).
Le noyau est ensuite aspiré par une petite canule de 1.5 mm à 3 mm de diamètre.
 
 

La pratique du Docteur PELLAT

 
L’implant utilisé est un grand implant, épais, en acrylique, hydrophobe.
Son recul personnel avec cet implant est de 12 ans (c’est d’ailleurs celui qui est mis en place dans les yeux des bébés atteints de cataracte congénitale).
 
Les premiers implants mis en place ont aujourd’hui conservé une transparence et une limpidité parfaites (ni auréoles, ni dépôts, ni jaunissement).
 
Du fait de ses grandes anses, rigides, cet implant reste toujours parfaitement centré.
La périphérie rétinienne reste bien visible (ce qui permet de traiter les déchirures rétiniennes éventuelles).
 
Le Docteur PELLAT met en outre des anneaux dans le sac à tous ses patients.
Ils permettent de bien centrer l’implant et de le placer dans une position parfaitement frontale.
Ils tendent la capsule et renforcent l’impression de transparence et la sensibilité aux contrastes.
Ils diminuent fortement la fréquence de l’opacification secondaire de la capsule (cataracte secondaire).
 
 

En résumé sa théorie est la suivante : une seule chose compte pour le patient

 
  • Retrouver la meilleure acuité visuelle avec une excellente vision des contrastes. Cette nouvelle performance visuelle doit être durable dans le temps.
 
  • Il faut donc utiliser, après 70 ans, un implant monofocal dont les performances visuelles pures sont supérieures (tenir compte du fait qu’après 70 ans, la rétine vieillit et perd de sa qualité et de sa capacité visuelle).
 
  • Il faut que l’implant ait fait ses preuves depuis longtemps. Il faut être sûr qu’il gardera sa transparence, sa limpidité, sa rigidité (il doit en particulier être suffisamment épais).
 
  • Ceci implique une ouverture dans le globe (pour le passage de l’implant) un peu plus grande. Mais jusqu’à 2,65 mm il n’y a aucune complication ni aucun problème. Cette taille n’engendre ni besoin de mettre des points de suture, ni astigmatisme (il vaut mieux une incision un peu plus grande et un implant « costaux » qui a fait ses preuves).
 
  • De toute façon il vaut mieux prendre son temps pour bien gérer et bien nettoyer la capsule, c’est la meilleure garantie d’avoir une acuité visuelle de bonne qualité et stable dans le temps.
 
 

Le problème de la presbytie lui direz-vous

 
  • Avant 60 ans : implant progressif (si la rétine est très saine) ;
  • entre 60 et 70 ans : à discuter ;
  • après 70 ans : implant monofocal.
 
En cas d’implant monofocal (après 70 ans), instituer la bascule avec :
l’œil dominant corrigé pour la vision de loin,
l’œil dominé corrigé pour la vision à mi-distance.
 
Ainsi les patients effectuent 80% des gestes de la vie courante sans lunettes. Ils mettent des lunettes en vision de loin pour conduire (la nuit) ou pour se reposer en vision de près et à mi-distance.
 
La discussion reste toujours ouverte avec le patient qui prendra sa décision en toute connaissance de cause.

 

 

Le glaucome

Ce texte est en cours de construction.

Le strabisme

Ce texte est en cours de construction.